Mali : Des nominations assez surprenantes au sein du CNT

0 185

La liste des membres du conseil national de transition du Mali publiée jeudi 04 décembre 2020, réserve de nombreuses surprises.

Ces surprises viennent surtout de la classe politique qui avait rejeté en bloc l’appel à candidature lancé en début novembre par les autorités pour mettre en place le conseil national de transition  (CNT) devant servir d’organe législatif avant la tenue des élections générales prévues en 2022.  

Parmi les représentants des formations politiques, figurent Assarid Ag Imbarcaoune et Marimatia Diarra, tous deux barrons de l‘Adema-PASJ,  l’une des formations politiques les mieux implantées  du pays. Mamadou Diarrassouba du RPM,  l’ancien parti au pouvoir, Mahamadou Hawa Gassama de l’URD, parti de Soumaïla Cisssé, siègent aussi au CNT. Les directions de certaines de ces formations politiques, à l’image de l’URD qui a fait un communiqué, ont dit n’avoir pas été consultées.

Des syndicalistes comme Adama Fomba du secteur de l’éducation, Badra Aliou Nanacassé du syndicat des magistrats, Hamadoun Amion Guindo de la CSTM (Centrale syndicale des travailleurs du Mali (CSTM),  sont tous membres de l’organe législatif. Ce,  au moment où les autorités de la transition font face à un ensemble de série  de grèves observées par l’UNTM, la plus grande centrale syndicale du pays.

Des anciens ministres, les représentants des groupes armés, des militaires, la presse, la société civile et des acteurs  du secteur de la culture,  sont tous y représentés du CNT. Des figurent du front de contestation M5-RFP ayant poussé l’ancien président IBK à la démission,  font aussi partie de ce collège. Certains d’entre eux disent n’avoir pas postulé. C’est le cas de l’imam Oumarou Diarra, celui-là même qui dirigeait les prières les vendredis au boulevard de l’indépendance. Il reconnait tout de même  avoir été consulté, mais n’a pas envoyé son dossier de candidature.

Aux dernières nouvelles, dans des interviews qu’il a immédiatement accordées à des web Tv après la publication de la liste, l’imam Oumarou  Diarra décide de se  soumettre à la décision du comité stratégique du M5-Rfp qui a boudé l’appel à candidature pour l’installation du CNT.

Contrairement à l’imam l’imam Oumarou  Diarra, Issa Kaou Djim coordinateur de la CMAS de l’imam Dicko, n’a pas annoncé sa volonté de renoncer à sa nomination. Selon lui, il n’a ni envoyé de dossier de candidature et n’a pas été consulté non plus.

24 heures après la publication de la liste du CNT, la coordination des mouvements de l’Azwad, groupe armé signataire de l’accord de paix, a indiqué qu’elle ne va pas siéger au sein de l’organe avec le quota ‘‘insignifiant’’  à  elle accordé. Pour l’ensemble des 5 groupes signataires de l’accord de paix, 5 postes avaient été annoncés au sein du CNT et deux ont été accordés à la CMA.

Clé de répartition entre les composantes du Conseil National de Transition

–           Vingt-deux (22) représentants des Forces de Défense et de Sécurité ;

–           Huit (08) représentants du Mouvement du 5 juin (MS-RFP);

–           Onze (11) représentants des partis et regroupements politiques;

–           Neuf (09) représentants des Organisations de la Société civile;

–           Quatre (04) représentants des groupements de femmes;

           Quatre (04) représentants des groupements des jeunes;

–           Cinq (05) représentants des Mouvements signataires de l’Accord pour la Paix;

–           Quatre (04) représentants des Mouvements de l’Inclusivité;

–           Quatre (04) représentants des organisations de défense des droits de l’homme;

–           Trois (03) représentants des personnes vivant avec un handicap;

–           Six (06) représentants des maliens établis à l’extérieur;

–           Quatre (04) représentants des centrales syndicales;

–           Sept (07) représentants des syndicats libres et autonomes;

–           Huit (08) représentants des ordres professionnels;

–           Trois (03) représentants des confessions religieuses ;

–           Cinq (05) représentants des autorités traditionnelles ;

–           Cinq (05) représentants des chambres consulaires;

–           Quatre (04) représentants des faitières de la presse;

–           Cinq (05) représentants des faitières des arts et de la culture.

lindiscret.com (Nos articles ne pourront être reproduits en toute intégralité sans autorisation de la rédaction).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.