Bamako : Une journée sans Sotrama au grand bonheur des mototaxis

0 243

L’arrêt de travail de 24 h observé par les ‘‘Sotrama’’ à Bamako le mercredi 03 février, a été une aubaine pour les chauffeurs de mototaxis qui ont en partie battu les records de leurs recettes habituelles.  

‘‘A chaque rond point il y avait un client’’, se félicite ce jeune conducteur de mototaxi qui dit avoir passé sans repos  la journée du  mercredi à rouler à travers Bamako.  Face à la prolifération des taxis à deux roues à Bamako, la grève des minibus communément appelés ‘‘Sotrama’’, n’a pas connu assez d’impact sur la mobilité urbaine.

ET si cette grève n’a pas eu d’impact sur la mobilité urbaine, elle aura tout de même  réussi à faire une pression sur le gouvernement malien qui a repoussé au 17 février l’entrée en vigueur  de la décision relative  au paiement par passage de la redevance de péage.

En soutien à leurs camarades de l’intérieur du pays, les chauffeurs de Sotrama à Bamako  ont observé un arrêt de travail de 24 H contre le  paiement par passage de la redevance de péage  qui avait débuté le 1er février.  

L’Arrêté interministériel fixant  le paiement de la redevance de péage par passage au Mali, date de mai 2008, rappelle le ministre  des Transports et des Infrastructures dans le communiqué qui a annoncé la remise au 17 février l’entrée en vigueur  de cette initiative déjà appliquée dans tous les autres  pays de l’UEMOA.

Le montant de la redevance au péage au Mali varie de 500 Fcfa pour les véhicules personnels à 2000 Fcfa selon la taille du véhicule.

Lindiscret.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.