Soldats tchadiens accusés de viol, le commandement de la force G5 annonce des sanctions

0 263

Après vérification  des  allégations de viol commis par certains éléments de  son 8ème bataillon, le commandement de la force conjointe du G 5 Sahel a annoncé des sanctions contre les soldats fautifs.

Le  retrait des effectifs de la Force des soldats incriminés, leur rapatriement dans leurs pays d’origine et l’initiation de sanctions disciplinaires, telles sont les principales décisions prises  par le commandement selon un communiqué qui a fait le point sur la question le samedi 3 Avril 2021.

C’est la Brigade prévôtale de la force conjointe du G 5 Sahel  de Téra (Niger) qui a procédé à la vérification des faits. Selon le communiqué signé par la  cellule de communication de la force G5, trois cas de viols, dont l’un sur une fille de 11 ans, sont avérés. Les deux autres cas, précise le communiqué, ont été commis sur ‘‘des femmes mariées en présence de leurs époux sous la menace d’armes à feu’’. 

Cette réaction  de la force conjointe du G 5 Sahel fait suite  à des accusations de cas de viols à Téra  la veille de la Commission nationale nigérienne des droits humains (CNDH) qui dit avoir effectué ‘‘une mission d’investigation et d’établissement des faits sur des allégations de viols attribuées par les populations à certains éléments du contingent militaire tchadien’’

La force conjointe du G 5 Sahel qui ne donne pas la nationalité des soldats fautifs dans son communiqué exige tout de  même ‘‘l’ouverture d’une enquête pénale de concert avec les systèmes de justice pénale en vigueur (y compris coopération pénale judiciaire entre le Niger et le Tchad)’’

Les soldats fautifs dont le nombre n’a pas été précisé, font partie  du 8ème bataillon de la force conjointe du G 5 Sahel, composé uniquement des 1200 soldats tchadiens récemment  déployés  le lundi 29 mars 2021 dans la zone des trois frontières, Mali-Niger- Burkina Faso.

Dans un communiqué, le ministère tchadien des affaires étrangères, de l’intégration africaine  et des tchadiens de l’étranger, a indiqué que ces accusations de viols, font partie ‘‘d’un cas isolé’’ et doivent pas être exploitées pour ternir l’image de l’armée tchadienne.’’

Cet incident propre à un cas de mœurs  survient au moment  où  le contingent tchadien de la MINUSMA a perdu quatre soldats dans une attaque terroriste contre sa base le vendredi 02 Avril à Aguelhok. Lors de la même attaque, a-t-on appris, plusieurs terroristes ont été abattus, d‘autres se sont fait prisonniers.

Lindiscret.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.