Basket-Ball: L’appel de Bamako à soutenir Hamane Niang

0 198

Sans remettre en cause les démarches de la justice qui a déjà ouvert une enquête, un mouvement appelle les Maliens à soutenir Hamane Niang,  président de la FIBA, mis en cause pour avoir ‘‘ignoré’’ des cas d’abus sexuels au sein de la fédération malienne de basket-ball dont il fut aussi le président de 1999 à 2007.

‘‘Nous restons derrière la justice et nous compatissons aux cas  des plaignantes, mais nous appelons tous les africains à être solidaires à leur frère’’,  a dit M’Baye Konté lors d’une conférence de presse de soutien à Hamane Niang le mardi 29 juin, à Bamako.

Selon M.Konté, le président de la Fédération internationale de basket-ball qui a dû céder son poste temporairement en attendant la fin des enquêtes, n’est pas personnellement l’auteur des accusations qui, dit-il, surgissent tardivement pour nuire à un Malien  à la tête de la  FIBA : ‘‘Nous le savons tous que c’est toujours comme ça pour se débarrasser d’un responsable à la tête d’une grande  organisation internationale’’, a dit aussi M’Baye Konté en compagnie des responsables d’autres organisations de la société civile.

Il est reproché à Hamane Niang de n’avoir pas réagi face à des actes   de harcèlement sexuel  commis entre 1999 et 2007 sur des joueuses par leurs encadreurs  au sein de la fédération malienne de Basket-ball. C’est le journal New York Times qui,  après une enquête,  a fait les révélations dans son édition du 13 juin.

En réponse au canard qui l’a contacté par mail avant la publication de l’article, Hamane Niang a dit n’avoir  ‘‘jamais été impliqué’’ et n’avoir  ‘‘Jamais eu connaissance de quelque manière que ce soit des accusations décrites’’ dans la correspondance à lui adressée par New York Times.

‘‘Il vit à Sotuba (quartier) ici  à Bamako, et, le connaissant bien, nous savons que s’il avait été contacté par les victimes, il aurait réagi’’, a dit M’Baye Konté en conférence de soutien à Hamane Niang rappelant ne pas vouloir remettre en cause la plainte des victimes.

Si Hamane Niang s’est retiré volontairement de la présidence de la FIBA, l’instance suprême du basket-ball mondial qui a déjà ouvert une enquête,  a suspendu de ses activités les entraîneurs Amadou Bamba, Oumar Sissoko et l’officiel Hario Maiga. Ils sont tous les trois membres de la fédération malienne du basket-ball et directement cités  dans les faits de harcèlement sexuel.

Au nombre de ces accusations, New York Times  prend en compte le témoignage de deux joueuses  qui affirment avoir été  tripotées au niveau des seins et des fesses par des entraineurs pendant qu’elles  dansaient avec eux lors de la célébration d’une victoire dans une boite de nuit ‘‘en 2006 ou 2007’’.

Tout de même, New York Times   reconnait  que Hamane Niang , président de la FIBA pour la période 2019-2023, n’est pas personnellement impliqué dans les cas d’abus sexuels.

lindiscret.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.