Centre du Mali : Déjà 4 personnes tuées 48 H après la fin de l’accord entre donzos et djihadistes

0 258

Au moins quatre personnes ont été tuées pendant le week-end dans les localités de Farabougou au centre du Mali. Les assaillants sont des djihadistes qui ont clairement notifié  à la population, le vendredi 2 juillet, la fin de l’accord de non-agression qu’ils ont signé en mars dernier avec les chasseurs traditionnels communément appelés donzos.

A lire aussi: Farabougou, les djihadistes informent les donzos de la rupture de l’accord de non agression

Parmi ces quatre victimes, trois d’entre elles ont été tuées le samedi. Des pécheurs dans la zone de kourouma-kobé à 10 km à l’Est de Farabougou. La localité dispose d’une rivière qui est aussi la principale zone de pêche, nous apprenons  de sources locales.

Sur les trois pécheurs assassinés, l’un a été tué quand il se rendait tôt le matin à la rivière. Il avait passé la nuit à quelques encablures de la zone de la pêche dans le village de Missira K.O 7.    Les deux autres victimes ayant appris le bruit de la fusillade ont voulu  s’en fuir avec leurs familles. C’est au bord de la rivière, dans l’entente de la pinasse pour la traversée, qu’elles ont été surprises. Les deux chefs deux familles ont été abattus, les femmes et les enfants épargnés.

Ces deux familles, toujours selon les mêmes sources, étaient les seules à revenir s’installer à kourouma-kobé après la signature de l’accord entre djihadistes et donzos en  mars. Pendant l’embargo d’octobre 2020 à mars 2021, tous les habitants de kourouma-kobé ont quitté le village.

La quatrième personne tuée courant le week-enk, est un vieux d’environ 50 ans du village de Toubacoura K.O 6 non loin de la ville de Dogofry.  Ayant appris  la reprise des hostilités par les djihadistes,  il  avait voulu  récupérer dans  son champ sa moto-pompe le dimanche 4 juillet. Accompagné de son fils qui le suivait par précaution de loin en cours du trajet, l’agriculteur, aussi armé  d’un fusil, sera intercepté par six hommes et tué. Sa moto et son arme emportées. Son corps a été récupéré par les militaires maliens de Diabaly le même jour.

Ce sont les donzos de Dogofry qui ont récupéré les corps des trois pécheurs tués le même samedi de leur assassinat.

Les champs abandonnés, Songho aussi sous embargo

Depuis l’annonce, le  vendredi 2 juillet, de la fin de l’accord de non-agression entre donzos et djihadistes, nombreux sont agriculteurs qui ne se rendent plus dans leurs champs. A Farabougou, localité d’au moins 3500 habitants, les quelques personnes qui avaient voulu aller aux champs, ont été intimidées par les mouvements d’hommes armés dans les environnants.

 Outre Farabougou, à 25 km de là à l’Est, le village de Songho, à 3 Km de Diabaly, est aussi sous embargo des djihadistes.  Personne ne peut y entrer ou sortir, annonce une source locale.

Farabougou et Diabaly, distant d’au moins 30 Km, disposent chacun d’une base de l’armée malienne.

lindiscret.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.